Aventures dans le Caithness et le Sutherland
Dans le prolongement de deux années d'étude en Ecosse et de la publication il y a deux ans d'une fiction que j'ai imaginée dans la région des Highlands, le bilan d'un voyage de "retour au pays" !

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Voyage et écriture

Menu

Mes livres et réalisations diverses
Théâtre et voyage
Modelage
Ecriposoph
Politics, world...
Blog d'origine
Vidéos théâtre voyages


Descendre l’A9 (mardi 29.07)

 

             Pour reprendre l'avion, il n'y a qu'une seule route : l'A9, qui de Wick à Golspie, sinue à flanc de mer. A cette période de l'année, la circulation est dense et s'accentue quand on dépasse Inverness. Les portions de quatre voies sont plus nombreuses mais la route est dangereuse, et les camions roulent particulièrement vite. Le contrôle de vitesse semble moins actif qu'en France et certains véhicules dépassent allègrement les 80 Miles.

              Après les Highlands, à l'approche de Perth, le pays change radicalement de physionomie. Beaucoup d'arbres, de verdure. La beauté se montre sous des dehors plus « civilisés », moins sauvages.

              A la hauteur de Stirling, bifurcation en direction des Trossachs, montagnes boisées, routes parsemées de lochs. Le Loch Lomond n'est pas loin. C'est à Callander qu'on célèbre la mémoire de Rob Roy, le fameux rebelle si souvent mis en scène (à partir de Walter Scott) dans les romans et les films.

              Quel que soit l'endroit où le voyageur se promène en Ecosse, il trouve matière à l'histoire et à la réflexion romantique.

              On se souvient peut-être que c'est à partir de cette intuition que j'avais commencé ma relation avec l'Ecosse dès les années 80... Et elle n'est pas prête de s'arrêter là !

 


Publié à 06:18, le 19/09/2008, dans Voyage et écriture,
Mots clefs :
Ajouter un commentaire