Aventures dans le Caithness et le Sutherland
Dans le prolongement de deux années d'étude en Ecosse et de la publication il y a deux ans d'une fiction que j'ai imaginée dans la région des Highlands, le bilan d'un voyage de "retour au pays" !

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Voyage et écriture

Menu

Mes livres et réalisations diverses
Théâtre et voyage
Modelage
Ecriposoph
Politics, world...
Blog d'origine
Vidéos théâtre voyages


Whaligoe steps (lundi 27.07, après-midi)

              J’évoquais, à travers la peinture de Sarclet, l’éloignement relatif des petits ports de cette partie de la côte est et leur caractère inaccessible.

              Whaligoe, avec ses quelques 365 marches, constitue l’un des points les plus remarquables de la côte. Ces marches fournissent un bon exemple d’adaptabilité de l’homme au milieu le plus hostile.

              Dans le courant du 19° siècle, la tragédie des « Highland Clearances » (qui a meurtri tout particulièrement le nord de l’Ecosse) a produit de grands changements dans la société de l’époque : la nécessité économique d’aller en mer pour une large frange de la population a créé l’urgence de l’accès à la terre, même dans les endroits les plus inhospitaliers. La mer donnait du poisson, par endroits, la falaise autorisait un abri, un port naturel…

              Aux hommes de trouver le moyen d’exploiter cette offrande… En bas de la falaise, des régiments de femmes attendaient le retour d’une moisson d’un genre nouveau, elles ne comptaient pas leurs efforts pour « redresser la pente » et exploiter cette nourriture nouvelle qui les changeait des patates des berniques qui faisaient auparavant leur quotidien : des paniers, un treuil destiné à tirer les bâteaux vers le rivage, un bâtiment pour sêcher le hareng avant la grande remontée, paniers pleins, des 365 marches. Et les années passaient

              365 jours de pluie, de vent, de glace et de rares soleils assis au coin des marches…

 


Publié à 06:19, le 16/09/2008, dans Voyage et écriture,
Mots clefs :
Ajouter un commentaire

dans la gorge

J'entend comme le pas pesant et rythmé des femmes alourdies de harengs, montant et remontant inlassablement les marches de pierre pour, tâche millénaire, nourrir leurs enfants affamés comme des oisillons...
bisous tendres

Publié par Baboutravel à 09:26, 16/09/2008

Lien