Aventures dans le Caithness et le Sutherland
Dans le prolongement de deux années d'étude en Ecosse et de la publication il y a deux ans d'une fiction que j'ai imaginée dans la région des Highlands, le bilan d'un voyage de "retour au pays" !

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Voyage et écriture

Menu

Mes livres et réalisations diverses
Théâtre et voyage
Modelage
Ecriposoph
Politics, world...
Blog d'origine
Vidéos théâtre voyages


Sinclair Girnigoe Castles (lundi 21.07, après-midi) / 3/4

 

             

              Je reviendrai sur les liens profonds qui lient les Ecossais (et notamment les Sinclair) avec les Templiers. Pendant la visite, Ian évoque la fameuse épée de Robert the Bruce remise à William Sinclair. Elle serait quelque part dans le château, enfouie sous les paquets de gravats que les archéologues trient méticuleusement.

              Des signes nombreux (pas tous scientifiques, recherches dans les archives mais aussi usage de pendules, révélations de spirites, visions, photographies étranges) révèlent l'existence de quelque chose...

              Un autre endroit renforce la thèse templière. Le secteur du Caithnesss connu sous l'appelation : « Dirlot Castle ». Par intuition, j'ai toujours été fasciné par cet endroit dont une image figure sur la quatrième de couverture du Ceilidh. Le périmètre de Dirlot, à côté du hameau de Westerdale, est magique. Il s'organise autour d'une colline ouverte sur d'immenses perspectives.

              Sur cette colline est construit un vieux cimetierre (probablement à partir des murs de l'ancien château)... Les murs de ce cimetièrre dessinent un pentagramme, une espèce de nef étrange orientée vers l'Est. La petite statue dont la silhouette se dresse sur un tombeau vide ajoute une touche étrange au lieu.

              D'après Ian, le site est directement lié à la chapelle de Roslyn, site sur lequel on reviendra. Les amateurs de Dan Brown se souviennent sans doute de la fin du Da Vinci code qui se déroule précisément à Rosslyn Chapelle. Je relis l'ouvrage avec ce nouvel éclairage et, à propos du pentagramme, je citerai un extrait dans le prochain article.


Publié à 04:32, le 2/09/2008, dans Voyage et écriture,
Mots clefs :
Ajouter un commentaire